Publié le

La feuille est morte

La feuille est morte.
On la piétinera peut-être,
avec la maladresse des êtres.

Elle servira peut-être de repas
aux petites bêtes qui ont froid.
Elle s’est détachée de l’arbre,
elle n’a plus de soutien, plus de destin.

La feuille est morte.
Elle errera dans d’autres saisons,
où elle se dégradera dans le temps.

La feuille est morte.
Sa teinte a pâli quand elle s’est décrochée de la vie.
Dans cette sphère morbide,
elle tourbillonne dans le vide.

Son destin était de disparaître dans les ruelles
avec d’autres comme elle.
Le craquement de sa mort sur un tapis ensevelie
 sèche dehors pour enjoliver le décor.

C’est l’automne,
saison de couleur pour les yeux de l’homme.
C’est l’automne,
saison où la mort frissonne.